Annuaire Yaoi
Attention chers abonnés !
Vous venez d’entrer dans LA zone YAOI !

Pour savoir quel yaoiste vous êtes, vous n’avez qu’à poster en jetant un œil sous votre pseudo pour savoir où vous en êtes… Sachez que le rang le plus bas est ‘Yaoiste pratiquant/e’. Alors maintenant vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Entrez sans crainte ! Entrez et postez ! Bouhahaha !



 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Les inscriptions pour le Calendrier de l'Avent 2016 c'est par ici !!

Partagez | 
 

 00 - Prologue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shali-Virescent
Déesse de l'Annuaire Yaoi
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 10/07/2014
Localisation : Gardanne

MessageSujet: 00 - Prologue   Lun 17 Aoû - 19:16


Prologue



Il était une fois, une mère et ses sept fils qui vivaient du commerce de planches en bois dans la forêt de Verteronce. La brave femme était parvenu à éduquer ses enfants pour en faire d'honnêtes travailleurs et de bons garçons.
En ce froid matin d'hiver, la fratrie étaient sur le chemin pour couper des arbres. Leur commerce avait été au ralenti ces dernières années mais les temps changeaient en bien. Victor, l'aîné qui allait bientôt se marier avec la fille du forgeron, dirigeait la petite troupe tandis que Till, le plus jeune des frères, chantonnait à tue-tête dans le chariot,
« Je m'en vais couper du bois, du beau bois, du beau bois, souffla Till en riant. La belle dame que voilà me demanda « Qu'allez-vous faire monsieur de ce beau bois ? ». Et je lui répondis une belle chaumière pour ma mie...
- Till, arrête de chanter !
- Allons, Henri, cesse donc de le gronder, sourit Victor avec amusement.
- Mais il me casse les oreilles depuis deux jours ! s'emporta son cadet en levant les bras au ciel.
- Tu sais bien comme il est... »
Henri jeta un regard de travers à Paul avant de tourner la tête et de croiser les bras sur son torse d'un geste mécontent. Le reste de sa fratrie partit dans un rire et ils continuèrent leur chemin jusqu'à arriver dans la clairière. Là, Victor leur fit signe de s'arrêter et donna ses consignes alors que chacun prenait un outil.
« Till, tu restes près du chariot pour veiller sur Ting.
- D'accord ! répondit avec enthousiasme le garçon avant d'attraper les rênes.
- Paul et Mandrain, vous irez par ici pour couper les larges troncs que nous avons marqué la dernière fois.
- Proprement ou on le fera après ?
- Élaguer le plus possible pour en entasser beaucoup dans le chariot et...
- Chat-chat mignon ! chantonna à nouveau le plus jeune des frères.
- Tiiiiill, reviens ici, » grogna Henri.
Ils tournèrent tous la tête vers le petit dernier qui s'était mis à courir vers un vieil arbre creux. Pour faire de belles planches, il fallait un tronc solide et sans nœud. Victor était doué pour les dénicher aussi n'avait-il pas retenu celui vers lequel son jeune frère se diriger. Il manqua de s'étrangler quand il le vit se pencher dans le trou, y tombant presque dedans.
« Till ! Mais ça ne va pas la tête !
- Mignon chat-chat, Victor.
- Mais de quoi tu parles ? » rouspéta-t-il en se précipitant vers lui.
Il allait l'attraper pour lui remettre les pieds sur le sol quand il étendit un vagissement. Des pleurs ? Il poussa doucement Till et ouvrit de grands yeux avec un cri de stupeur.
« Henri ! Vite une couverture ! »
L'interpellé le regarda avec surprise mais s'exécuta. Une fois arrivé devant l'aîné, quelle ne fut pas leur surprise de le découvrir avec un étrange fardeau dans les bras : un bébé, petit et chétif, qui pleurait – sans doute mort de froid et de faim – et emmitouflé dans un maigre carré de couverture.
« Donne-la moi, vite ! »
Victor protégea la frêle créature avec.
« Là, tu es au chaud maintenant.
- Mais qui peut avoir abandonné un bébé par ce froid ? s'emporta Henri.
- Des gens peu scrupuleux, grogna Mandrain.
- Il est tout blanc ! Blanc comme la neige », sourit Till en caressant la joue maigre du bébé.
Les six plus grands se regardèrent. Ils ne pouvaient décemment pas laisser ce petit mourir, leur mère leur avait appris la compassion mais un enfant au duvet blanc, si fragile... Ses parents l'avaient sans doute abandonné par peur et superstition ?

_________________
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://studiocandypop.blogspot.com
 
00 - Prologue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Annuaire Yaoi :: L'annuaire du Yaoi :: Le coin des Textes d'Auteurs :: Shali - Virescent :: Blanc comme neige-
Sauter vers: