Annuaire Yaoi
Attention chers abonnés !
Vous venez d’entrer dans LA zone YAOI !

Pour savoir quel yaoiste vous êtes, vous n’avez qu’à poster en jetant un œil sous votre pseudo pour savoir où vous en êtes… Sachez que le rang le plus bas est ‘Yaoiste pratiquant/e’. Alors maintenant vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Entrez sans crainte ! Entrez et postez ! Bouhahaha !



 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Les inscriptions pour le Calendrier de l'Avent 2016 c'est par ici !!

Partagez | 
 

 REMEMBER ME - CHAPITRE 1

Aller en bas 
AuteurMessage
Kyo Vr
Yaoiste pratiquant/e


Messages : 2
Date d'inscription : 29/07/2015
Age : 29
Localisation : Nancy

MessageSujet: REMEMBER ME - CHAPITRE 1   Jeu 13 Aoû - 21:50


Remember Me ! - Chapitre 1



Un bruit sourd retentit dans la maison vide lorsque Sidney fit tomber le carton qu'il tentait de déposer dans sa future chambre. Il ne fallut pas plus de trente secondes à Matt son petit ami, pour lui venir en aide. Tout en remettant ses cheveux châtains foncés en arrière d'un geste vif de la main, il se baissa laissant apparaître un léger sourire au coin des lèvres. Puis il prit le carton dans ses mains.

À vrai dire, toutes les occasions étaient bonnes pour laisser ses allures de macho prendre le dessus. C'est une chose que Sidney avait tout de suite remarqué lors de leur première rencontre. Adossé à l'encadrement de la porte, Sidney suivit Matt du regard tandis que ce dernier déposait le dit carton à côté des autres dans la chambre. Certains étaient déjà ouverts et presque vides, d'autres toujours fermés et éparpillés un peu partout dans la pièce. Afin de rompre le silence, Sidney prit la parole qui dans la pièce vide, se mit à raisonner.

- Tu te souviens de la première fois où nous nous sommes rencontrés ? S'exclama-t-il en regardant Matt, dos à lui afin de visualiser sa réaction, moi je m'en souviens comme si c'était hier.

À l'entente de cette question, Matt se redressa en soupirant doucement dû à son effort et posa les yeux sur Sidney un moment. Un sourire plutôt fier se dessina sur ses lèvres. Puis il rétorqua d'un ton sûr et quelque peu vantard.

- Tu parles de ce jour à la fête foraine où tu es carrément tombé sur moi et m'a écrasé devant la moitié des gens qui passaient ? Matt se mit à rire et ouvrit ses bras comme pour mettre son corps en avantage, si tu voulais m'accoster, il fallait le dire plutôt que de me sauter dessus comme un sauvage

Sidney afficha un air plus que blasé face à sa réponse et répondit à son petit ami beaucoup trop sûr de lui.

- Je ne t'ai pas écrasé pour commencer. Je suis tombé ! Et oui, je parle de ce jour. En fait c'est passé tellement vite...

Sidney prit un air angoissé et tourna le dos à Matt. Il fit quelques pas pour passer le seuil de la porte de sa chambre et pouvoir avoir une meilleure vue sur l'ensemble de sa maison presque vide. Neuf mois venaient de s'écouler depuis le jour de leur rencontre. Parfois, Sidney se disait que c'était peut-être trop tôt pour penser à s'engager et faire sa vie avec un homme qu'il ne connaissait que depuis quelques mois. Mais à chaque fois qu'il doutait, le simple fait de regarder Matt ou même de se remémorer certains moments passés à ses côtés, faisait dissiper ce doute.

C'est vrai que lorsqu'il y pensait, Matt était le petit ami idéal. À seulement vingt-quatre ans il entamait sa deuxième année de médecine. Cela empiétait beaucoup sur sa vie privée. Sidney avait toujours pensé que ce détail ne poserait pas grand souci mais c'était avant de se voir emménager avec lui. Est-ce que les choses sont différentes lorsque deux personnes partagent une vie continue à deux ? Quand Matt était à ses côtés, Sidney se sentait en sécurité et sans lui il ressentait une étrange sensation de vide.

En y songeant à nouveau, il était sûrement trop tard pour nier le fait qu'il était éperdument amoureux de lui. « C'est le destin ! » Répétait sans cesse Sidney à Matt, qui lui, ne croyait pas du tout en ce genre de chose. Matt avait toujours pensé que son petit ami était un peu trop rêveur et romantique. Mais jusqu'ici, il n'avait jamais montré de réelles oppositions sur ce trait de caractère.
Une douce caresse sur l'épaule de Sidney le fit brusquement sortir de ses pensées. D'un air interrogateur mais non inquiet, son regard se porta sur l'index de Matt qui faisait descendre lentement son haut afin de laisser apparaître un peu plus la peau blanche de sa clavicule. Jusqu’ici Sidney restait muet. Mais c'est au moment où Matt posa mielleusement ses lèvres sur son épaule que Sidney se mit à réagir rapidement et avança d'un pas ou deux, afin de sortir de son étreinte.

- Qu'est-ce que tu fais ? Protesta Sidney en remettant correctement son haut sur son épaule, je n'aime pas quand tu fais ça.

Après ses mots, Sidney se retourna pour lui faire dos et fit quelques pas vers un carton déposé un peu plus loin dans le salon. Sans même prendre la peine de lui répondre, Matt le regarda lui échapper et avança d'un pas pour venir glisser l'un de ses doigts entre le bas du dos de Sidney et son pantalon. Puis, il tira doucement dessus. Un geste qui obligea Sidney à reculer de quelques pas et venir coller son dos sur le torse de Matt, qui s'empressa de sourire du coin des lèvres en guise de victoire prématurée. Bien que Sidney savait très bien ce qui était sur le point de se produire, jouer l'indécis était la chose qu'il préférait faire afin de faire languir son petit ami.

Et ce qui était sûr, c'est que Matt ne connaissait pas vraiment le sens du mot patience. Sans attendre, les mains baladeuses de Matt glissèrent lentement sous le haut de son petit ami, caressant son bas-ventre puis son torse, tandis que ses lèvres vinrent effleurer doucement le cou de celui-ci en signe de provocation. A ce moment là, Sidney ne put malheureusement contenir des frissons. Il ferma les yeux un moment, ce qui aurait pu laisser croire à Matt que c'était gagné d'avance.

Mais un bruit vint retentir dans la maison vide faisant écho, quand quelqu'un frappa à la porte. Dans un premier temps, les deux jeunes gens n'y prêtèrent pas attention. Néanmoins, l'individu se situant derrière la porte appuya sur la sonnette à plusieurs reprises. Une chose qui alarma Sidney et qui lui donnait un bon prétexte pour fuir. Il se détacha de l'étreinte de son petit ami afin de presser le pas jusqu'à la porte d'entrée.
   
- Ce sont sûrement les livreurs qui viennent pour les meubles, j'y vais ! Dit-il en pressant rapidement le pas vers la porte d'entrée.

Mais Sidney n'eut pas le temps d'aller jusqu'à la porte. Il avait à peine fait quelques pas que Matt le rattrapa presque aussitôt par la main, afin de le remettre face à lui.

- Arrête ! Répéta-t-il en riant légèrement, ils vont partir après et c'est toi qui devras aller chercher les meubles à leur place !

- Mais ce n'est pas grave, répondit-il aussitôt, je dirai que c'est de ta faute ! Plus tu résistes et plus ça prendra du temps.

Sidney prit un air outré en souriant dût aux dires de son petit ami. Comme toujours, parler à Matt était perdu d'avance. Tout en glissant l'une de ses mains sur le torse de Sidney, Matt l'empêcha donc d'aller jusqu'à l'entrée et le fit reculer rapidement contre le mur le plus proche, situé à côté de la porte. Il le plaqua doucement contre celui-ci. Sidney sentit son dos se presser contre le béton froid. Il plaça rapidement ses mains sur les épaules de Matt qui lui, s'empressa de poser ses lèvres sur les siennes. C'est dans ces moments-là que Sidney se rendait compte qu'il ne pouvait pas rivaliser avec son petit ami.

En fait, il était incroyablement irrésistible et lui résister était sûrement la dernière chose que Sidney arriverait à accomplir. Le fait que les deux hommes soient à côté de la porte ne dérangeait en aucun cas Matt qui se fichait bien de savoir si on pouvait les surprendre ou même les entendre.

Matt laissa échapper un soupir d'aise durant le baiser avant de placer l’une de ses mains sur le cou de son petit ami, tandis que l'autre se frayait un passage sous son haut. Il caressa la peau douce de Sidney et continua ce qu'il avait commencé avant d'être dérangé. Sans attendre une seconde de plus, Matt glissa ses lèvres le long du cou de Sidney qui ferma les yeux en venant agripper doucement les cheveux de son petit ami entre ses doigts. Alors que tout se passait bien, la porte d'entrée s'ouvrit brusquement, obligeant les deux jeunes hommes à stopper leurs gestes. Une voix se fit entendre.

- Devinez qui est votre nouveau voisiiiin ! Cria doucement Bradley, laissant seulement dépasser sa main de la porte pour la secouer doucement.

Sidney laissa échapper un léger rire de contrariété en passant la main dans ses cheveux tandis que Matt, beaucoup moins patients et plaisantins que son petit ami, se recula pour laisser respirer Sidney.

- Bradley Manson ! S'exclama Matt d'un ton presque meurtrier, ce nom m'évoque une chose que je n'arrive pas à définir !

Avant d'entamer un quelconque dialogue, Bradley secoua sa main pour faire partir un papillon tournoyant autour de lui. Un papillon d'une couleur orangée.

- Ce papillon m'a suivi partout, rah ! Cria Bradley en faisant de grands gestes. Puis, il referma la porte qui claqua suite au courant d'air, oups... Courant d'air !

Ça commençait déjà mal. Rien qu'en le voyant claquer la porte de cette façon ou même d'entendre sa voix presque insortable, Matt n'avait qu'une envie : le tuer.

- Je sais, je sais, reprit Bradley en avançant de quelques pas vers eux, quand tu entends mon prénom ça t'évoque la joie, la beauté et le courage ! Je sais pas besoin de le dire, tu sais entre nous il n’y a plus de secret Matty !

- Non en fait je pensais plutôt à cauchemar, désarroi et la mort pourquoi pas ! Prononça Matt d'un ton presque psychopathe.

Puis face aux dernières paroles de Bradley, il joua le capricieux en appelant Sidney qui était à présent dans la chambre.

- Bordel ! S'il te plaît Sidney, dit à ce qui te sert de meilleur ami que mon prénom, c'est Matt et pas Matty !

Matt réclama presque de l'aide à son petit ami comme pour éviter de tuer Bradley. Sidney était d'ailleurs habitué à ce genre de comportement venant de la part de Bradley et Matt. Ils n'avaient jamais pu s'entendre pour des raisons qui encore maintenant sont sans réponse. Sidney était malgré tout content de voir son meilleur ami, qui maintenant était son voisin. Car, il y a neuf mois de cela, Sidney habitait un studio à San Diego. Mais après avoir rencontré Matt, ils décidèrent tous les deux d'habiter à Los Angeles. Un changement un peu trop radical pour Sidney, qui laisse derrière lui tous les souvenirs de son enfance.

Matt n'habitait pas non plus à Los Angeles, mais l'hôpital dans lequel il faisait ses études était situé dans cette ville. Donc pour lui, ça ne faisait pas de réels changements. Néanmoins, c'était une joie pour Bradley qui n'était plus obligé de faire 195 kilomètres afin de venir voir Sidney, qui maintenant était son voisin de quartier. Sans attendre, il se posta entre Bradley et son petit ami pour prendre la parole.

- Salut Brad, je suis content de te voir ! Qu'est-ce que tu viens faire ici ? Ça ne te ressemble pas de te lever tôt.

Tout en ignorant Matt, Bradley se mit à sourire comme à son habitude. Ce sourire donnait à Matt l'envie de le tuer lentement. Mais il se contenta de mimer la scène à l'aide de ses deux mains.

- Figure-toi que j'ai fait un effort pour venir te rendre visite pour ton premier jour à Los Angeles ! Je voulais visiter ta maison maiiis... Fit-il en regardant Matt de haut en bas pour le provoquer, Apparemment, elle est envahie de personne douteuse !

Tout en arquant un sourcil, Bradley continua de fixer Matt de ses yeux bleus. D'ailleurs, Matt bouillonnait d'intérieurement. Sidney émit un petit rire nerveux en contemplant la scène et surtout l'ambiance qui s'était refroidie d'un seul coup. Il posa ses mains sur les épaules de Matt en les massant légèrement et reprit la parole d'un air plutôt nerveux.

- Tu sais Matt, Brad dit ça pour plaisanter ! Laissa-t-il entendre en penchant la tête pour regarder Matt, Je pense que tu l'as compris, pas vrai ?

Sa fierté en ayant pris un coup, c'est avec un sourire plutôt inquiétant que Matt répondit aux paroles de son petit ami tout en fixant Bradley d'un sale œil.

- Bien sûr, répondit-il doucement en posant son regard verdâtre sur Bradley, je propose même qu'on aille lui et moi, jouer à cola maya au bord de la falaise.

En entendant les paroles de Matt, Bradley plissa les yeux en joignant ses deux index afin de faire le signe de croix devant les yeux de son « ennemi », comme pour le maudire ou tout simplement se protéger de ses mots. En attendant, Sidney soupira désespérément avant de tapoter simplement l'épaule de Matt en guise de réconfort et surtout dans l'espoir de le calmer. Mais ce fut peine perdue car le Bradley en rajouta une couche en laissant une fois de plus, son côté sarcastique prendre le dessus. Il passa une main dans ses cheveux blonds mis longs et se mit à rire.

- Oh Sid rassure moi, quand tu l'as adopté, il y avait un emballage marqué Chien dangereux ?! Cria t-il tout souriant en mimant un collier de chien autour de son cou.

Ce furent les paroles de trop qui firent déborder la colère de Matt.

- Et celui là tu l'as vu ?! Cria Matt d'un ton sec en lui montrant le poing, je vais te buter !

Sans attendre il courut après Bradley qui lui, se mit à courir dans la maison vide, laissant des cris plutôt déchirants envahir les pièces.

- Sid, retiens le !

Bradley courut en sautant au dessus des cartons encore visible près de la porte afin d'échapper à Matt.

- Il va me buter, il va me buter Sidney   !

Les bruits de pas de Bradley et Matt raisonnaient maintenant dans toute la maison. L'envie de hurler sur eux démangeait Sidney en les voyant se comporter comme des enfants, se courant après pour savoir lequel taperait sur l'autre en premier. Bien sûr, s'il avait dû parier il aurait misé sur Matt. Pas seulement parce qu'il était son petit ami et qu'il avait un charme exceptionnel, mais aussi car il y avait une large différence de force ainsi que de taille, entre Bradley et lui. Rien que d'y penser, il se mit à rire tout seul maintenant adossé à un mur de la maison. Il avait vraiment fait le bon choix en s'installant avec Matt. Au moins, c'est sûr que niveau protection il n'était pas inquiet. Puis, Sidney revint à la réalité quand Bradley se cacha derrière lui en le maintenant par les épaules, le faisant vaciller.

- Sers-moi de bouclier humain ! Cria Bradley en poussant presque Sidney, il ne tapera pas sur toi s'il veut encore se servir de ton corps !

Matt se stoppa devant Sidney en reprenant sa respiration. Et face à son regard de mécontentement de ce dernier, il soupira en regardant ailleurs. Peut-être que Matt était plus grand que Sidney, plus fort et plus intimidant aussi. Cependant, Sidney avait comme un degré d'avance sur lui. Surtout quand il le dévisageait de cette façon. De ses yeux bleus océan et de son visage si bien dessiné. Les cheveux noirs de Sidney faisaient ressortir le blanc de sa peau. « Il est magnifique.» C'est ce que Matt avait envie de crier à ce moment même. Puis, Bradley le fit sortir de ses douces pensées.

- Regarde-le ! Il concocte un plan dans sa tête de psychopathe pour me tuer quand je dormirais ! Insinua Bradley en secouant Sidney.

- Brad arrête, il ne va pas te manger ! Et d'ailleurs calme toi un peu Matt, c'est bon. Les livreurs vont arriver d'une minute à l'autre et je voudrais vraiment que tous les meubles soient installés ce soir ! Au moins le lit et la salle à manger.

- Oh mais oui Matty, rajouta Bradley en le taquinant pour encore plus l'énerver, il veut que tout soit installé ce soir, tu as compris ? On sait qui porte la culotte ici !

Matt serra le poing mais se ravisa au dernier moment quand Bradley prit ensuite le chemin de la porte d'entrée en continuant de parler.

- Bon ce n’est pas le tout, Mais je vous laisse. J'ai plein de choses à faire vous savez, je suis un homme très pris par les études...

Tout en sortant ses paroles d'un ton las, il regarda Sidney quelques secondes avant de lui faire signe d'aller parler à Matt. Alors que Bradley s'écartait pour laisser passer les livreurs qui venaient enfin de surgir, il se recula et décida de se retirer. D'un geste vif de la main, Sidney salua son meilleur ami qui sortit en riant sur son propre sort.

« Les études ». Cela faisait au moins la troisième fois que Bradley lui rappelait d'en parler à Matt. Il l'avait même harcelé de texto pour qu'il n'oublie pas. Les études. Un sujet assez délicat en ce moment.

Quand il avait rencontré Matt, Sidney était encore à la Fac. Il préparait une licence en littérature. Son plus grand rêve : devenir professeur de littérature. Mais à sa plus grande désolation, rester inscrit dans sa Fac à San Diego et habitait à Los Angeles était clairement impossible. Deux seules solutions s'offraient à lui. Refuser de vivre avec Matt et continuer les études, ou tout arrêter et suivre l'homme qu'il aimait. Ça avait été un choix très dur. D'ailleurs, Matt manifestait son envie de voir Sidney rester à la maison.

Une sorte « d'homme au foyer ». Sidney y avait songé un long moment, voir plusieurs semaines, puis le verdict tomba et le voilà à présent ici à Los Angeles. Non, il ne le regrettait pas car il aimait Matt. Il l'aimait vraiment. Mais la chose qu'il lui reprocherait bien, c'est son manque d'attention.

À chaque fois qu'il voulait parler de choses sérieuses, Matt était aux abonnés absents. Il n'avait pas le temps ou ce n'était pas le moment. Mais cette fois, c'est le bon moment ! Ce dit Sidney en lui-même. De nouveaux seuls depuis quelques longues minutes, sans compter bien sûr les ouvriers entrés depuis peu, Sidney s'approcha d'un carton qu'il reconnaîtrait entres mille. Il l'ouvrit en tirant sur le sparadrap. Il avait soigneusement écrit dessus « Privé », afin de faire la différence entre les autres. Dans ce carton, des affaires personnelles y étaient enfouies telles que : des livres, des cahiers et pleins d'autres petites choses qu'il lui faudrait maintenant oublier.

À vrai dire, il aurait vraiment aimé poursuivre ses études mais il y avait beaucoup d'obstacles difficiles à surmonter. Pour commencer, Matt était en médecine. Il était parvenu à prendre un jour de repos pour le déménagement, mais ce serait bien le dernier qu'il pourrait obtenir avant longtemps. Donc si Sidney reprenait ses études, les deux jeunes amoureux ne se verraient presque jamais.

Non loin de lui l'envie de dire à Matt de lever le pied sur ses heures de travail, car il avait besoin de son diplôme pour devenir médecin. Matt voulait simplement son bonheur après tout et voulait lui offrir le meilleur, mais il espérait au moins reprendre ses études un jour. Bradley avait raison, il fallait qu'il lui en parle pour au moins mettre au clair tout ça, avant qu'il devienne trop âgé pour reprendre aisément ses études de lettres. C'est d'ailleurs la main de Matt, refermant subitement le carton qu'il venait d'ouvrir, qui fit réagir Sidney.

- Attend, les déménageurs sont là et c'est leur boulot de tout installer. Laissa entendre Matt avant d'éloigner le carton d'eux à l'aide de son pied.

- Non, je n'ai pas oublié ! Je voulais ranger moi-même ce carton, il est important pour moi, répondit Sidney avant de souffler et fermer les yeux en serrant le poing, d'ailleurs à propos de ça, je peux te parler d'un truc ?

Bien qu'il essayât à nouveau de placer quelques mots et avoir enfin une discussion sérieuse avec son compagnon, Matt le poussa doucement hors de la maison en lui donnant sa veste, pressé de sortir. Puis, il se retourna vers les déménageurs.

- On revient dans un moment, vint-il leur dire avant de finalement regarder Sidney, écoute, là je suis en repos et je n'ai franchement pas envie de m'embêter à déballer des cartons ou à discuter de ce genre de chose ! J'ai juste envie de passer du temps avec toi. Allons manger à ce truc que tu aimes là, tu sais ce restaurant chinois.

Comme toujours, Sidney céda, se remit en question et remit la discussion à plus tard. Matt était vraiment trop adorable et de plus, il n'avait pas tort, il fallait profiter de ce jour avant qu'il ne retourne travailler.

- D'accord, tu as peut-être raison...

Sidney fit quelques pas en mettant doucement sa veste.

- Franchement ! Tu stresses pour rien mon amour. Apprend à te détendre ! Il le secoua même doucement pour le taquiner, d'accord ?

Sidney afficha un léger sourire du coin des lèvres avant de hocher doucement la tête de haut en bas, en guise de réponse positive.

Matt sourit à son tour et se pencha pour venir déposa un baiser sur ses lèvres.

Par chance, ce restaurant si bien apprécié de Sidney, n'était pas vraiment loin de leur nouveau « chez eux », même s'ils avaient dû prendre le métro pour y arriver en vingt minutes.

Les transports en commun étaient comme qui dirait, l'enfer à Los Angeles. Toujours remplis de monde, les gens n'étaient pas tous amicaux. Donc vingt minutes sans embrouille ni retard c'était un vrai bonheur. Ce fut d'ailleurs trois quarts d'heure plus tard que Sidney regarda le restaurant devant lequel il venait de s'arrêter après être sorti du métro. Le Restaurant Wokcano. Tout y était délicieux certes, et surtout très cher. Mais Matt lui avait dit de se détendre alors c'est ce qu'il fit en entrant dans la brasserie gorgée de monde. C'était lumineux, accueillant et les gens avaient le sourire.

Le restaurant possédait quatre étages, car un hôtel était mis à la disposition des touristes au quatrième étage. Au premier était disposé l'accueil, au second et troisième étage, les salles de restaurations. Comme toujours, ils prirent l'ascenseur pour éviter de monter les escaliers. Une fois à l'intérieur, Matt appuya sur le numéro deux afin de faire monter l'engin. Quelques secondes plus tard, c'est un bruit douteux qui se fit entendre dans l'appareil. Les lumières se mirent alors à clignoter, les plongeant de temps à autre dans le noir pour finalement le rester pour de bon. Les veilleuses de secours se mirent en route, ce qui pouvait permettre à Matt et Sidney d'y voir un peu clair.

- Merde, lança Matt en soupirant, je crois bien qu'on est coincés.

Sidney se frotta la nuque en restant calme pour le moment et appuya sur le bouton de l'étage souhaité, au cas où ce serait une simple panne passagère. Mais rien n'y changea. Matt en profita pour le regarder ou plutôt le contempler de haut en bas. Il était si beau et si sexy. Sous les regards insistants de Matt, Sidney leva la main afin de pouvoir atteindre le bouton de l'alarme mais Matt stoppa son geste rapidement. D'un air surpris, il posa son regard bleuté sur ce dernier.

- Mais qu'est-ce que tu fais ?! On va rester coincés si nous n'appuyons pas sur ce bouton et il est hors de question que...

Sidney fut coupé dans son élan d'explications, lorsque Matt prit son visage entre ses mains et l'embrassa subitement. Il ferma les yeux en arquant les sourcils. Les mains toujours levées, il resta immobile surprit de ce geste si soudain. Matt quitta doucement les lèvres de Sidney qui lui, se demandait bien s'il avait l'audace de faire ce genre de chose dans un moment pareil. Matt prit l'initiative de l'embrasser une deuxième fois et cette fois-ci Sidney répondit à son baiser, fermant les yeux pour profiter de chaque seconde. Oui, il a apparemment l'audace de penser à ça durant un moment de panne. Après ce court baiser, Sidney tendit sa main devant lui avant de faire mine que ce baiser ne l'avait pas touché plus que ça. D'un air hautain et calme, il prit la parole.

- Nous sommes dans un ascenseur... Coincé en plus, reprit-il en se mettant dos à lui pour tenter d'appuyer sur le bouton des secours, un peu de tenue, t'es fou ?

Matt se mit à rire légèrement. L'air trop sérieux de Sidney l'amusait beaucoup. Il savait tout aussi bien que lui que c'était la gêne qui le faisait parler ainsi. Une gêne qui obligeait souvent Sidney à le repousser ou même faire mine que rien ne le touchait. Matt se posta donc derrière lui et profita du fait que la veste de ce dernier était ouverte pour l'attraper et la lui retirer doucement.

- Appelles-les. Mais ils ne viendront pas avant un certain temps. Fit-il tout en laissant tomber la veste de son petit ami au sol.

À ce moment, Sidney savait ce qui allait se passer. Ce n'était pas le premier endroit insolite ou Matt s'était prit d'une envie comme celle-ci. Mais à tous moment, ils pouvaient se faire surprendre. D'une, par les gens de la sécurité qui viendraient les libérer de là, mais aussi par plusieurs clients du restaurant.

Quand Sidney sentit sa veste glisser le long de ses épaules pour ensuite tomber au sol, il prit un air autant d'inquiétude que de nervosité. Car il ne fallait pas nier que plusieurs frissons venaient parcourir son corps. C'était vraiment trop embarrassant. Il ne pouvait accepter de faire ce genre de chose ici. Pas si on risquait de les surprendre. Cependant, il n'était pas non plus indifférent à son charme et ses touchers.

- Non attends... Laissa entendre Sidney avant de se retourner face à lui, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée.

Matt le fixa un long moment, mais sans attendre, il prit donc Sidney par le poignet. Ni trop fort et ni trop doucement. Un geste qui le fit taire subitement. Il regarda son poignet entre les doigts de la main de Matt, puis leva doucement les yeux vers les siens pour rester un moment muet. Après plusieurs secondes, il s'autorisa à le questionner.

- Tu me rends mon poignet ? Demanda Sidney en fixant Matt, qui ne daigna par répondre à ses propos, non ?

Sidney le regarda un moment, quelques longues secondes. Puis sous son regard insistant qui pour lui dura une éternité, Sidney détourna le regard en avalant difficilement sa salive. Il aurait même pu se sentir rougir. « Trop mignon.» Pensa Matt en lui-même suite aux dires et au comportement de son petit ami face à lui, incapable de tenir son regard. Un léger rire sortit des lèvres de Matt qui tira sur le poignet de Sidney afin de le rapprocher de lui. Il l'embrassa abruptement. Un baiser auquel Sidney répondit immanquablement.

C'était le bon moment pour Matt d'entrer en scène et de jouer de ses charmes. Du moins, d'en jouer un peu plus encore. Il fit reculer Sidney jusqu'à un des quatre murs de l'ascenseur pour l'y plaquer dos contre celui-ci. Un soupir indécis autant que plaisant se fit entendre durant ce baiser de la part de Sidney, qui sans attendre un instant glissa l'une de ses mains dans les cheveux mis longs de Matt. Sidney sentit le corps semi musclé de son petit ami se presser contre le sien. Ses lèvres frôlèrent non seulement son cou mais aussi sa clavicule, jusqu'à venir embrasser cette dernière.

La respiration un peu plus rapide, Matt se recula pour pouvoir retirer le haut de son petit. Avec délicatesse, mais pas trop, le jetant un peu plus loin dans la cabine. Car même si Matt n'avait pas envie de le casser, la douceur ne faisait pas partie de son vocabulaire quotidien. Non pas qu'il voulait que tout ça finisse vite, mais il montrait une certaine impatience quand il commençait à toucher le corps de celui qu'il aimait. Par cette même occasion, il retira aussi son propre haut, le laissant tomber doucement au sol. Maintenant tous deux torses nus. Matt se mordit la lèvre. Il contempla le corps demi nu de Sidney, qui lui décolla son dos du mur pour se rapprocher de lui.

De ses doigts, Sidney détacha la ceinture de Matt. Il ne daigna pas le regarder, c'était déjà bien assez embarrassant comme ça. Qu'allait penser Matt en le voyant agir de la sorte ? Qu'il était pressé ou encore que c'était un pervers refoulé ? Peut-être même qu'il était incapable de détacher une ceinture correctement ? Durant ces quelques secondes qui pour Sidney furent une éternité, Matt l'observait. Un instant de pure puissance et domination pour lui, que de voir son petit ami se presser d'ouvrir sa ceinture afin de le mettre à nu. Être dominant Matt aimait. Il adorait ça.

Une fois que Sidney eut enfin ouvert sa ceinture à boucle, Matt agrippa solidement les cheveux de ce dernier en l'embrassant de nouveau, beaucoup plus fougueusement, lui plaquant brutalement le dos au mur de la cabine. Un souffle de plaisir sortit de la bouche Matt durant le baiser, exprimant son envie et son impatience. Il profita même d'un court instant d'inattention de la part de son compagnon pour glisser sa langue rapidement contre la sienne et jouer avec. Le calme régnant dans l'ascenseur, leurs souffles courts et rapides se firent entendre. Déjà bien excité, Matt stoppa son baiser et laissa son regard se poser sur le torse de son petit ami.

Il le caressa descendant lentement ses doigts vers son bas-ventre, afin de lui ouvrir sa ceinture d'un geste brusque. Il aurait pu ensuite ouvrir son pantalon normalement, mais l'arracher littéralement en faisant sauter le bouton ressemblait beaucoup plus à la façon de procéder de Matt. Pressé de savourer ce corps mis à sa disposition, il abaissa le pantalon ainsi que le boxer de Sidney en le dévisageant comme pour le provoquer.

D'ailleurs, Sidney voulut en faire autant et lui ouvrir aussi son pantalon, mais à peine avait-il posé ses mains sur le bas de son partenaire que celui-ci lui attrapa les poignets et le fit tourner pour le mettre dos à lui. Il lui plaqua ses poignets au mur, au dessus de ta tête. Sidney laissa échapper un petit soupir autant de surprise que de plaisir. Mais beaucoup plus de frustration. La langue humide de Matt se mit à glisser lentement sur sa nuque ainsi que sur son épaule, tandis que ses mains baladeuses caressèrent sensuellement son corps.

- Si l'ascenseur venait à s'ouvrir... Répliqua Sidney en ayant eut le malheur de vouloir se dégager de l'étreinte de Matt.

Matt le fit taire rapidement en collant son bassin à ses fesses pour le plaquer de nouveau contre le mur avec brutalité. Un geste qui obligea Sidney à émettre un gémissement de plainte. Un son que Matt aimait entendre encore et encore sans se lasser. Ses lèvres collées à son cou, il vint mordre sa peau y laissant une trace avant de venir presser l'entre-jambe de ce dernier entre sa main.

- Ne m'oblige pas à te faire taire. Répondit Matt d'un ton presque sadique.

Sidney mit ses mains à plat contre les murs froids de l'ascenseur, laissant parfois un gémissement se faire entendre, couper par son souffle trop court. Laissant ses mains parcourir le corps frêle de son corps, Matt embrassa à plusieurs reprises son dos. C'en était déjà trop, il ne pouvait pas se retenir plus longtemps. Il avait déjà été freiné dans son élan par ce qui servait de meilleur ami à son compagnon. Alors maintenant qu'ils étaient seuls et coincés dans cet ascenseur, il ne laisserait pas passer cette délicieuse occasion. Il ouvrit son propre pantalon et le laissa glissa à ses chevilles. Il fallait faire vite.

Matt avait bien trop peur que l'appareil se remette en route dans la seconde. Les préliminaires auraient été beaucoup plus longs s'ils avaient été dans un endroit plus décent. Il fallait toujours qu'il aille vite et surtout qu'il montre ses atouts de mâle dominant comme signe de supériorité.

Sidney n'irait pas jusqu'à dire qu'il détestait ça, car c'est sûrement une chose qui l'a séduit chez lui. Il laissa alors un léger râle de contrariété se faire entendre quand Matt fit reculer son bassin pour le plaquer au sien sans délicatesse, afin qu'il puisse sentir la bosse qui s'était formée durant ces longues minutes. Dans un souffle de plaisir et d'empressement, Matt entrelaça ses doigts à ceux de son petit ami afin de lui plaquer de nouveau la main contre le mur, pour être sûr de bien l'immobiliser.

Sans plus attendre excité et impatient, il serra les hanches de son partenaire entre les doigts de sa main libre et le pénétra d'abord doucement. Un sourire se dessinant sur le coin de ses lèvres. Matt garda alors cette même posture quelques secondes avant de finalement donner un premier grand coup de reins en embrassant le dos chaud et frissonnant de Sidney.

- Je t'aime... Susurra Matt au creux de l'oreille de son petit ami, avant de le répéter, je t'aime.

Matt déposa même plusieurs baisers le long du cou de Sidney pour décisivement s'arrêter sur l'intérieur de son oreille qu'il lécha lentement. Il savourant la voix tremblotante de son petit ami qui répondait à ses mots entre deux gémissements.

- Je t'aime aussi... Répondit-il le souffle coupé, va doucement !

En entendant ce râle délicieux autant de grincheux, ce fut tout simplement dur de retenir ses autres mouvements de hanches, qui ne firent que s'amplifier. Maintenant Sidney au niveau du ventre, il put commencer un va-et-vient régulier en penchant la tête en arrière afin d'exprimer son plaisir par un souffle de réjouissance. Bien qu'ils étaient tous deux enfermés dans un ascenseur apparemment en panne, Sidney avait beaucoup de mal à se laisser aller entièrement, par peur de se faire entendre.

Une chose que Matt rectifia tout de suite en glissant son index et son majeur entre les lèvres de Sidney pour lui entrouvrir la bouche. Ainsi, Sidney ne pourrait plus cacher ses gémissements. Après cela, Matt ne se fit pas prier pour commencer à bouger ses hanches beaucoup plus rapidement. Sidney ferma les yeux en fronçant les sourcils, laissant ses lèvres s'écarter. Les mouvements de va-et-vient rapides de Matt l'obligèrent à gémir à plusieurs reprises sans même pouvoir se contrôler. Ça plut énormément à Matt. A la vue de son air mécontent, il se mit à sourire sans pour autant cesser ses coups de reins devenus presque brutaux.

- Si tu ne gémis pas plus fort, je vais finir par croire que tu me défis de te faire crier. Dit-il d'un ton sensuel en penchant la tête sur le côté et contempler son visage rougit par le plaisir.

- Ah... Doucement imbécile !

- Tu m'excites quand tu dis ça...

- Tais-toi   !

Matt se mordit la lèvre inférieure en signe de plaisir et appuya sa main sur le dos de Sidney afin de l'abaisser sans douceur. Ce dernier se plia à sa volonté en arquant son dos et plaqua ses mains tendues contre le mur de l'ascenseur. Tout en glissant rapidement les mains sur ses hanches, c'est avec beaucoup plus de brutalité que Matt le pénétra. Sidney sentit ensuite une étreinte agripper ses cheveux solidement. Il vint gémir bruyamment grâce aux mouvements acharnés de Matt qui grogna doucement de jouissance. Pas plus loin que derrière les portes de l'appareil, quelques ouvriers avertis par les gens de l'hôtel, se mirent en quête de réparer l'ascenseur.

Matt et Sidney encore coincés ne prirent pas la peine de faire attention aux bruits douteux qu'il pouvait y avoir derrière ces portes, beaucoup trop occupés. D'ailleurs, c'est dans un cri de plaisir que Sidney vint citer le nom de son petit ami. Une chose qui fut délectable aux oreilles de celui-ci. Il continua ses derniers coups de reins sentant sa jouissance proche, Matt tira un peu plus sur la chevelure noire de son partenaire.

- Redis-le ! Insista-t-il.

- Matt...

- Plus fort que ça !

- Matt !

Ce cri de plaisir était tellement naturel et si excitant qu'il fit perdre ses moyens à Matt. Il donna un dernier coup de reins avant de jouir dans un grognement de satisfaction. Plongé dans un plaisir intense, Sidney entrouvrit les lèvres pour gémir une dernière fois en jouissant à son tour. Quelques secondes après, les deux jeunes hommes essayèrent tant bien que mal de reprendre leur souffle et leur esprit. Matt attendit un moment puis se retira et remonta son boxer ainsi que son pantalon.

Sidney se redressa tout en se rhabillant à son tour sous le regard pervers de son petit ami en face de lui, qui le dévorait littéralement des yeux. Après avoir attrapé son haut qui gisait sur le sol, Sidney vit les portes de l'ascenseur s'ouvrirent lentement. Surprit et affolé, il remit son haut rapidement.

- Rhabille-toi vite !

À peine Sidney eut finit de se rhabiller que des ouvriers en bleus de travail sales, les regardèrent un moment.

- Bordel ! Annonça l'un d'entre-deux, cet engin tombe en panne à chaque fois ! Vous avez eu de la chance qu'un client nous ait avertis de la panne. Sinon vous seriez encore dedans à cette heure-ci.

L'homme qui venait à l'instant de leur maintenir les portes ouvertes afin de les laisser sortir, avait une voix rauque et chaude, sûrement dû au cigare éteint qu'il maintenait entres ses lèvres.

- À la vue de vos têtes, vous avez dû vivre l'enfer dans cet engin, reprit-il en leur maintenant les portes, aller sortez !

Matt se mit à sourire d'un air amusé en regardant Sidney à ses côtés.

- Vous n’avez pas idée. Les flammes de l'enfer c'était rien à côté.

Tout en regardant ailleurs, Sidney tentait de cacher son bouton cassé, en tirant sur son haut. C'est sans se prier, qu’il pressa ensuite le pas pour s'éloigner de cet ascenseur et surtout des ouvriers. Qui sait, Matt pourrait sortir une phrase bien placée juste pour l'embarrasser. Arrivé devant le restaurant, Sidney constata qu'il aurait mieux fallu réserver avant car aujourd'hui, tout le monde s'était décidé à venir manger Chinois. Matt prit l'initiative d'aller demander une table pour deux à l'une des serveurs près de l'accueil.

De longues minutes s'écoulèrent tandis que la jeune femme regardait les réservations, affichant un air plutôt embêté. Elle se gratta alors la tête en passant l'une de ses mains dans ses longs cheveux blonds cuivrés, puis regarda de nouveaux Matt. Le sourire aux lèvres restant amicale comme la maison le souhaitait, elle leur demanda donc de la suivre pour les installer à une table qui venait juste de se libérer. Tout en débarrassant les derniers verres vides posés sur la nappe blanche, elle déposa des menus qu'elle avait attrapés au passage.

Sidney prit place sur la première chaise qui se présentait et Matt en fit de même.

- Est-ce que ces messieurs savent ce qu'ils veulent ou dois-je les laisser consulter le menu ?

- Il y a une erreur sur les menus non ? S'exclama Matt en agitant le bout de papier.

Sidney regarda le menu d'un peu plus près d'un air interrogateur. Désappointée, la serveuse posa son regard sur la carte à son tour.

- Je suis désolée, quelle est donc cette erreur ?

- Et bien, votre nom n'apparaît pas sur le menu à emporter, lâcha-t-il d'un fin sourire, je me trompe ?

Ses paroles ne firent guerre rire Sidney qui leva les yeux au ciel d'un air blasé. La jeune serveuse en revanche, se mit à rire telle une harpie en se recoiffant légèrement.

- Ce que vous êtes drôle ! Mais vous faites du sport ? Je trouve que vous êtes plutôt musclé ! Dit-elle en appuyant l'une de ses mains sur l'épaule de Matt qui rit à son tour.

Elle se tourna vers Sidney et lui demanda.

- Votre ami sait parler aux femmes, fit-elle avant de prendre un air beaucoup plus mielleux, il y a d'autres choses qu'il sait faire aussi bien ?

Il posa donc un regard meurtrier sur son petit ami qui se pavanait un peu trop. Il avait l'habitude que Matt sorte ce genre de bêtise lorsqu'une jeune femme s'approchait. Il n'était pas du tout attiré par les femmes ou du moins, pas tant que ça. C'était sûrement une façon de se prouver qu'il était encore apte à séduire n'importe qui, n'importe quand. Sidney savait très bien qu'il était capable d'avoir toutes les personnes qu'il désirait, il avait tout pour lui. L'humour, la beauté, le succès. Toutes ces choses que lui ne possédait pas et le voir ainsi s'amuser à taquiner n'importe quelle femme et les faire tomber à ses pieds, lui faisait de plus en plus peur pour l'avenir.

Mais en ce moment même, c'était plutôt de la tristesse qu'il ressentait. Même si ce n'était que du « Faux », c'était vexant. Matt put remarquer le regard désobligeant autant qu'attristé de son petit ami qui se contentait de se taire et posait son regard un peu partout, sauf sur lui. Je suis peut-être allé trop loin, se dit- il en remarquant le comportement trop calme de Sidney. Puis la serveuse reprit la parole d'une façon dévergondée.

- Vous devez être ce genre d'homme qui rend fou une femme toute une nuit !


- Ou quelques minutes. Répliqua rapidement Sidney sur un ton sarcastique.

En entendant cela, Matt plissa les yeux en le foudroyant du regard. Il tenait beaucoup plus longtemps que des minutes et il ne tarderait pas à se venger de cette mauvaise plaisanterie. Mais quand il tenta de reprendre le cours de la discussion, Sidney le coupa net pour laisser sortir quelques mots de menace.

- En fait, je crois qu'il passera une merveilleuse nuit sur le canapé, puis il se leva doucement, je vais vous laissez tous les deux profiter de votre tête-à-tête !

Pour stopper cours à ce qui allait devenir un règlement de comptes, Matt se leva rapidement et rattrapa Sidney par le poignet pour le retenir. Il prit les menus et les donna à la serveuse, le sourire aux lèvres.

- Ce sera deux menus Valencia, s'il vous plaît. Fit-il doucement en regardant Sidney se remettre assit.

La serveuse prit les menus en laissant entendre un raclement de gorge embarrassé, pour noter leurs commandes et leur souhaiter un agréable repas. Agréable soirée qui avait déjà mal commencé. Les blagues de Matt étaient amusantes, mais les plaisanteries les plus courtes étaient les meilleures. Il savait bien qu'il avait rendu jaloux son petit ami et sans doute vexé. Sous ses airs de macho, il n'était pas méchant et ne voulait en aucun cas lui faire du mal.

- Je suis désolé, commença-t-il par dire en le fixant, je n'avais pas l'intention de te faire de la peine.

Matt se retourna légèrement et vit quelques couples danser sur un slow. Sidney, son menton appuyé sur la paume de sa main l'air ennuyé, jouait avec ses couverts en attendant le repas sans même prêtait attention aux excuses de Matt. Il sortit de ses pensées quand Matt lui demanda.

- Tu veux danser ?

Sidney le regarda un moment et baissa la tête, riant légèrement en prenant ça pour une blague. Mais c'est en voyant l'air sérieux dessiné sur le visage de son petit ami qu'il détourna le regard sans plus rien ajouter. Il était vrai que plusieurs couples dansaient et c'était censé être romantique. Mais deux hommes qui dansaient ensemble, cela pouvait être très embarrassant. Les regards, les pensées des autres gênaient beaucoup Sidney. C'est pourquoi il se tue en guise de réponse négative. Matt n'était pas du genre à abandonner facilement, surtout quand il s'agissait de son compagnon. Il devait se faire pardonner pour son comportement idiot. Sans plus attendre, il se leva et se plaça devant la chaise de Sidney qui leva la tête vers lui en signe d'interrogation avant de prendre la parole calmement.

- Ne me force pas, fit-il avant de finalement soupirer, si tu crois te faire pardonner de cette manière, tu te trompes.

Matt avait troqué son sourire de comédien contre un air beaucoup plus sérieux. Malgré les paroles de Sidney, il lui prit la main et le tira doucement pour l'obliger à se lever. Dans un premier temps, Sidney fut obligé de céder et se redresser en faisant quelques pas afin de s'écarter de la table. Après quoi, il regarda les gens autour de lui, qui les dévisageaient alors que son petit ami le serrait contre lui en déposant sa main sur le bas de son dos.

- Si ça t'embarrasse, ne regarde que moi, Annonça Matt.

Sidney plongea son regard dans celui de Matt avant de sourire d'un air gêné. C'est pourquoi il regarda ailleurs en suivant les pas de danse de son petit ami. Après neuf mois, il réussissait toujours à l'intimider par un simple regard ou part de simples mots. C'était bien le seul à le rendre vulnérable, à faire battre son cœur si rapidement et si lentement à la fois. À chaque fois qu'il le touchait, sa peau frissonnait comme au premier jour. Quelques personnes regardaient le jeune couple et chuchotaient entre eux. Matt rapprocha Sidney tout contre lui avec douceur.

- Tout ce monde qui nous regarde ça ne te gêne pas ? Questionna Sidney en chuchotant.

Tout en souriant, Matt déposa l'une de ses mains sur la nuque de ce dernier pour l'inciter à poser sa tête sur son épaule puis la remis au milieu de son dos, le caressant doucement.

- Mais mon monde c'est toi.

Une vague de frisson vint envahir le corps entier de Sidney. Cette sensation que l'on ressent lorsque nous loupons une marche. Cette impression de vide si agréable mais effrayante à la fois. Comment faisait-il ça ? Comment parvenait-il à faire d'une simple soirée, le moment le plus romantique qui soit. Tout en fermant les yeux, Matt écarta doucement ses doigts pour pouvoir les entrelacer à ceux de son amant qui afficha un sourire satisfait.

- Tu sais Sidney ? Quand je t'ai rattrapé ce jour à la fête foraine. Lorsque tu es tombé en arrière de cette attraction. Depuis ces derniers mois, tu n'as pas cessé de me dire que je t'avais sauvé la vie.

- Mais tu m'as sauvé la vie Matt.

Matt se recula un peu afin de le regarder un moment tandis que la chanson prenait fin. Puis, il déclara sûr de lui, de sa voix calme que Sidney aimait tant.

- Non. Ce jour là c'est toi qui m'as sauvé la vie.

Sidney fixa son petit ami dans les yeux un court instant.

Quoi répondre à des mots aussi magnifiques. Il hésitait entre fondre de bonheur ou carrément lui sauter dessus. Mais il n'eut pas besoin de faire quoique ce soit, car Matt déposa ses deux mains dans ses cheveux noirs pour l'embrasser tendrement. Un baiser auquel Sidney répondit en fermant les yeux. À ce moment, il avait bel et bien oublié les gens autour de lui et comprenait alors ce qu'avait voulu exprimer Matt en lui disant que son monde c'était lui. Tout compte fait, la soirée s'était bien passée malgré l'incident avec la serveuse.

Matt avait su rattraper le coup pour en faire un moment inoubliable. Le menu chinois tant désiré par Sidney avait pu enfin être dégusté et c'est seulement vers minuit qu'ils rentrèrent chez eux. Leur maison à eux. Un chez-soi privé où ils pouvaient se projeter dans l'avenir. C'est ce que se disait Sidney alors qu'il passait pour la seconde fois aujourd'hui, la porte de sa nouvelle demeure. Mais Matt n'avait pas vraiment la même définition du mot avenir. Pour la simple raison qu'il se sentait beaucoup trop sûr de lui et ne penserait jamais à la possibilité que son petit ami puisse tomber amoureux d'un autre. Ni qu'il prenne ses valises du jour au lendemain sur un coup de tête.

Il était certain que c'était le parfait grand amour entre eux et que rien ni personne ne viendrait perturber leur bonheur. Sidney n'irait pas jusqu'à dire qu'il avait tort, car il l'aimait et ne souhaitait le quitter sous aucun prétexte mais parfois, il aimerait faire l'objet de plus d'attention et de jalousie. Cela prouverait que Matt aussi pourrait avoir peur de le perdre.

Après avoir ôté sa veste et poser un regard sur l'intérieur de sa maison, Sidney constata que chacun des meubles qu'ils avaient commandés étaient montés et mis à la bonne place. Le salon, muni d'un beau canapé noir devant une table basse en verre qui allait joliment avec l'écran plasma au mur. Le coin cuisine était magnifique. Seulement un léger plan de travail la séparait de la salle à manger, dans laquelle était disposée une belle grande table en chêne. Sidney sourit, heureux. Ils avaient bien fait de laisser les clefs aux ouvriers.

Pressant le pas à la chambre, Matt put remarquer lui aussi que la chambre était installée. Il ne manquait plus qu'à faire la tapisserie à leur façon s'ils voulaient en changer quelque chose. Sidney ôta sa veste et la laissa tomber sur le canapé avant de s'y affaler en soupirant d'aise.

Matt debout devant le plan de travail de la cuisine, s'était déjà mis à son aise comme si cela faisait plusieurs années qu'il vivait dans cette maison. Il se baissa afin de prendre une canette de coca du paquet qu'il avait apporté peu avant le déménagement et regarda son petit ami. Il était avachi devant la télé éteinte comme s'il venait d'apprendre la pire nouvelle qui pouvait exister.

- Ça va aller ? Demanda-t-il en ouvrant sa canette.

- Ah oui, ça va je suis fatigué c'est tout. J'ai plein de trucs à faire demain : plein de papiers, que j'appelle beaucoup de gens et je suis déjà fatigué rien que d'y penser.

- C'est vrai que demain je reprends aussi le boulot. N'oublie pas, je rentrerai tard alors mange sans moi d'accord ?

Tandis que Matt se dirigeait vers la chambre en déposant sa canette vide sur la table basse, il fut stoppé dans son élan par Sidney qui prit la parole subitement. C'était maintenant ou jamais. Il avait l'air calme et posé. Personne ne les dérangerait. Le moment était parfait pour lui parler de ses études.

- Matt ! Cria-t-il presque en se levant, je voulais te parler de la fac que je suis allé visiter la dernière fois avec Brad. En fait, il se trouve qu'elle est superbe et offre tout ce dont je souhaiterai pour...

- Sidney. Tu choisis toujours le mauvais moment pour me parler de ça. Je suis fatigué. Demain je me lève très tôt et je n'ai aucune envie de parler de Fac ce soir. On peut reporter à demain non ? Ce n’est pas hyper important.

On pouvait dire qu'à chaque fois c'était la même chose. Matt était un petit ami parfait, il pourrait l'être encore mieux s'il se préoccupait un peu plus de son compagnon. À vrai dire, à chaque fois qu'il était question de discussions sérieuses, il prenait la fuite ou sortait l'excuse du travail. Ce n'était jamais le bon moment. Il ne pouvait pas l'écouter au moins quelques secondes ?

Matt ne connaissait pas tous ses goûts, ne le connaissait pas assez tout simplement et ne lui prêtait pas une oreille assez attentive. C'était sûrement ce qu'on appelait les aléas du couple. Personne ne se connaissait par cœur après tout. C'est la phrase que se disait toujours Sidney pour se rassurer, même s'il était persuadé du contraire. Alors d'un léger soupir, il rejoignit son conjoint dans le lit après s'être mis en boxer. Comme toujours, Matt passa son bras autour de lui pour le serrer contre lui et dormir ainsi. Il avait tout de même de la chance de l'avoir, de se sentir protégé et aimé. Le reste importait sûrement peu.

À suivre...


Où l'acheter http://www.amazon.com/Kyo-VR/e/B00LEXC6FO/ref=sr_ntt_srch_lnk_1?qid=1439495159&sr=8-1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
REMEMBER ME - CHAPITRE 1
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [JDR / Impro] Chroniques des Terres d'Ouest, Chapitre II : Théorie du Chaos
» Remember Austen - le RPG du XIXe
» SUTTON+POPPY-ANN ø we used to be friends, remember ? ø APPARTEMENT#4
» Chapitre 1 Des villes sans mémoire
» Scénario: Verhanof chapitre I: Anasta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Annuaire Yaoi :: L'annuaire du Yaoi :: Le coin des Textes d'Auteurs :: Kyo Vr :: Remember Me - Romance gay (yaoi).-
Sauter vers: